L’Etat de siège au Nord-Kivu va contribuer à la protection de la biodiversité du Parc National des Virunga.

Au cours d’un point de presse tenu ce vendredi 14 mai en ville de Goma Chef-lieu de la province du Nord-Kivu, les acteurs environnementaux soutiennent la mise en œuvre de l’État de siège suite à la dégradation de la situation sécuritaire dans cette province et dans celle de l’ituri. Ils veulent toutefois l’intensification des opérations dans le parc national des Virunga où opèrent un bon nombre de groupes armés nationaux et étrangers impactant ainsi négativement le tourisme dans ce patrimoine mondial de l’UNESCO.

Au dire de maître Olivier Ndoole un acteur environnemental au sein de l’organisation Alerte pour l’Environnement et les Droit des l’Homme (ACEDH), il est utile de soutenir l’État de siège décrété par le chef de l’état félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, ce qui contribue “très sensiblement” à la protection de la biodiversité au sein du parc national des Virunga qui depuis un certain temps est devenu la demeure des groupes armés.

“Nous nous réjouissons de l’instauration de l’État de siège chez-nous où l’insécurité ne fait qu’augmenter que de régresser, phénomène qui a de mauvaises répercussions sur le vécu quotidien des habitants de la province du Nord-Kivu bloquant ainsi le déroulement normal des activités quotidiennes cela avec des conséquences néfastes. Nous saluons l’État de siège mais émettons le vœu de voir l’intensification des opérations militaires dans le parc national des Virunga dans le souci de mettre hors d’état de nuire tous ceux qui détruisent notre environnement au sein de notre précieux parc national des Virunga”, a-t-il dit.

À lui de poursuivre : “Cette administration militaire doit comprendre que les groupes armés qui œuvrent autour et dans le parc national de Virunga ont pour objectif de piller nos ressources naturelles et de s’auto-financer et donc la question de la lutte contre ces groupes armés doit inclure le parc national de Virunga.
Le parc national de Virunga n’est pas seulement une source et un moteur des ressources mais est un poumon économique sur lequel s’abat les groupes armés, si par exemple vous allez au lac Edouard vous verrez qu’il y a des groupes armés qui n’ont même pas d’armes mais ont comme objectif de pratiquer la pêche illicite et ont des soutiens qui les protègent, ce qui doit cesser le plus vite possible. Nous insistons que les opérations militaires se fassent dans le respect des règles environnementales car les dégâts collatéraux ne peuvent en aucun cas manquer cela pour que la biodiversité énorme et gigantesque se trouvant ne puisse pas se détériorer durant la durée de l’État de siège car le parc national des Virunga est très riche en faune et flore”